cérémonie du 11 novembre 2018-saint-aigulin-place de la victoire

 

Introduction de la cérémonie du 11 novembre 2018

 

Mesdames, Messieurs,

Chers enfants dont la présence nous fait chaud au cœur,

A la onzième heure du onzième jour du onzième mois de la cinquième année de guerre, les armes se sont tues.

Le cessez-le-feu était effectif.

La commémoration du centenaire de la première guerre mondiale est porteuse de plusieurs enjeux mémoriaux importants.

Pour cette journée, nous observons le devoir de mémoire.

En classe nos enfants vont étudier la « Grande Guerre » à laquelle leurs arrière-arrières Grands Parents ont peut-être participé.

S’il n’y a plus de poilus en vie aujourd’hui, certains continuent d’exister à travers les témoignages qu’ils ont laissés.

Disons ici, aujourd’hui, que nous ne voulons pas oublier, parce que nous le devons à ceux qui ont tant soufferts ou fait le sacrifice de leur vie.

Se souvenir pour refuser l’oubli, c’est travailler pour éviter que l’histoire et ses horreurs ne se reproduisent.

La mémoire est précieuse, mais fragile, pour vivre nous devons la transmettre à nos enfants, petits- enfants et ainsi de suite.

Les enfants du collège et de l’école élémentaire ont travaillé plusieurs semaines durant afin de participer à ce devoir de mémoire.

En première partie vous allez assister à une lecture vivante de lettres de poilus,  par les élèves du collège Bernard Roussillon.

En deuxième partie : la chorale des élèves de l’école Jean Ferrat, qui vont nous interpréter « le soldat » composée par Calogero et Marie Bastide.

En troisième partie : cérémonie du souvenir, hommage rendu à tous les morts pour la France.

 

Discours de Monsieur le Maire, 11 Novembre 2018

 

Mesdames, Messieurs,

Ce matin, comme il y a 100 ans, le clairon sonna le « cessez le feu », les cloches sonnèrent à la volée, pour annoncer la fin de la guerre 14-18, la fin de La Grande Guerre, la « Der des Ders ».

Ce matin, Poilus de Saint Aigulin, vos enfants, vos petits enfants, vos arrières et arrières-arrières petits enfants sont, ici, Place de la Victoire, tous réunis pour vous rendre un hommage solennel.

Saint Aigulinois, en 1914, vous avez abandonné vos champs, vos vignes et vos bois, quittez vos villages de Buzelin, de Rigalleau, du Bois de Lamet… , laissez vos femmes et vos enfants assurer seuls la survie de vos fermes.

Poilus de Saint Aigulin vous avez connu, durant quatre longues années, l’enfer des tranchées, la boue, les gaz, la mitraille, le feu et le sang.

Sur les champs de batailles de la Somme, de la Marne, de Verdun…, vous avez laissé 71 de vos camarades de Saint Aigulin « Morts pour la France » au Champ d’Honneur.

En 1918, sous vos capotes «  bleu horizon » vous êtes revenus blessés, meurtris, gazés, la gueule cassée, retrouver vos femmes et vos enfants chéris.

Poilus, tu étais un soldat, nous sommes fiers de toi, et nous ne t’oublierons pas.

Poilus et Soldats de toutes les Guerres, ce matin les élèves de l’école Jean Ferrat et du collège Bernard Roussillon sont ici, tous réunis pour un même devoir de mémoire, pour apprendre et comprendre votre histoire et votre sacrifice.

 

Tous réunis, ici, au pied du Monument aux Morts pour célébrer la Paix, pour transmettre les valeurs qui ont guidées votre engagement.

Ces valeurs sont celles de tous vos Frères d’Armes qui durant un siècle lors de la Seconde Guerre Mondiale, de la Guerre d’Algérie et lors des Opérations  Extérieurs ont combattu pour défendre la Liberté et la Démocratie.

Tous réunis, ici, ce matin pour enseigner votre message de courage et d’espoir aux générations futures qui auront en charge, demain, de construire un monde plus fraternel, plus solidaire et plus fort, un monde respectueux des hommes et des femmes, un monde respectueux de la nature aujourd’hui menacée.

Tous unis, ici, pour combattre le racisme, le populisme, le nationalisme et le fanatisme religieux qui menacent, aujourd’hui encore, la paix en Europe et dans le Monde.

Soldats, Poilus de Saint Aigulin, vos enfants, vos petits enfants, vos arrières et arrières-arrières petits enfants sont aujourd’hui tous engagés, comme le disait George Clemenceau, dans une « Guerre Totale » pour défendre et développer la fraternité, l’égalité et la liberté pour tous, pour que vive la République et pour que vive la Paix.

Mesdames Messieurs, au nom des municipalités de Boscamnant, de La Genétouze et de Saint Aigulin je tiens à tous vous féliciter pour votre participation à la réussite de cette émouvante commémoration du centenaire.

Je veux ici saluer deux Saint Aigulinoises qui ont ces jours-ci 100 ans :  Madame Lucie Cusintino  devenue centenaire mercredi dernier, 7 novembre, et Madame Renée Gros qui sera centenaire demain, 12 novembre.

Joyeux anniversaire mesdames.

Et je veux surtout remercier :

La fanfare du Réveil d’Abzac et les employés municipaux

Nos sapeurs pompiers et le capitaine Christophe Bonnin

Les élèves et les professeurs

– du collège Bernard Roussillon et sa directrice Florence Jannot

– de l’école Jean Ferrat et son directeur Kevin Francout

Le Père Bernard Housset et nos gendarmes ici présents

Et un remerciement tout particulièrement à nos anciens combattants et au président Jacky Gard, à Madame Brigitte Quantin, l’organisatrice et l’animatrice de cette cérémonie historique et au Conseil Départemental pour son aide financière.

Merci à tous et bon dimanche.